Révérence 2
 
Hier, alors que je retrouvais avec joie une épaule à soulever le monde, j'ai rencontré sur deux fils d'acier, assis sur un strapontin rouge vif, un mélange d'angoisse et de solitude qui m'a laissé bouche bée.

Déjà l'os transperçait la chair et l'on devinait sans peine toutes les structures calcaires qu'une personne normale met tant de soin à cacher. Cet homme rongé par son propre sang devenu acide plaçait tous ses espoirs dans un lingot d'or qu'il dissimulait sous sa veste.Je ne comprends pas -je n'ai pas l'habitude de la douleur- mon ossature m'a paru soudain bien légère, très souple -très claire. J'ai éteint ma cigarette entre mes doigts, je suis parti dans la minute même avec cette épaule neuve déjà très fatiguée.

 
EM
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés