Qui dira l'aventure et l'errance infinie
De nos vaisseaux géants entre les galaxies ?
Qui dira notre espoir de planète nouvelle
Et le vide infini, les distances cruelles ?
Qui pleurera sur nous et sur notre malheur
Sur notre soleil mort, ses dernières lueurs
Notre monde perdu dans un linceul de glace
Et ses derniers enfants exilés dans l'espace ?
  Je suis perdu dans les étoiles
Mon coeur éparpillé en constellation
Comète de mon souffle arrondissant les voiles
Carène de mon corps tourné vers l'horizon.
Qui dira nos yeux morts à scruter le néant ?
Qui dira les vigies agrippées aux hublots
Le noir vertigineux des gouffres sidéraux
Et l'inhumanité des soleils rayonnants ?

Qui dira les dangers des étoiles sauvages
Des puits d'obscurité, de leurs puissants sillages
De la lumière enfuie, des rayons ionisants,
Des géantes bleutées et de leurs feux brûlants ?
 
  J'ai volé les nuages
Mes mains géantes les ont subtilisés
J'ai écarté le ciel comme un nageur la vague
J'ai vu l'abîme noir et les feux immobiles
Qui dira les tourments d'une errance hasardeuse,
L'inanité subie, la quête malheureuse ?
Qui dira le désir du pilote lassé
De voir sur ses écrans son visage glacé
Frôlant d'un doigt rétif la commande suicide
Qui livre le vaisseau aux ténèbres du vide ?

Qui dira l'illusion qui s'empare de lui
Lorsqu'il s'arrête ainsi aux portes de la nuit ?
 
  J'ai plongé mon regard jusqu'au fond des étoiles
J'ai creusé mon chemin entre les galaxies
J'ai tenu le soleil entre mes mains serrées
J'ai mangé l'univers
Qui dira l'espérance et qui dira l'espoir ?
Qui dira la terreur et le cortège noir
Des morts expédiés vers les soleils immenses
Sans avoir de l'exil connu la délivrance ?
 
  J'ai mangé l'univers et réduit la matière
Planète perdue dans le coeur des étoiles.