Avant - Après
 
Amis lecteurs fidèles et innombrables (quand on ne regarde pas le nombre de connexions, mais je n’en parlerai pas, c’est un sujet qui fâche dans la rédaction), amis lecteurs, donc, voire amis tout court (c’est peut-être plus proche de la réalité), Maman (arrête de te connecter toutes les cinq minutes pour me faire plaisir), vous vous êtes sans doute demandé d’où nous vient cette déconcertante habilité à manier la plume, cette verve inassouvie (si, si vous avez bien lu), et la facilité déconcertante avec laquelle nous pondons des phrases interminables.

C’est que, amis lecteurs, amis, Maman, nous n’en sommes pas à notre premier essai. Depuis très longtemps déjà, nous sévissons dans le milieu littéraire.

Depuis l’aube des temps, notre groupe éclaire nos gloires littéraires lors de leurs fréquents manques d’inspiration.

Pourquoi et comment nous avons pu prodiguer nos conseils, tels le Cyrano moyen (qui nous doit beaucoup lui-aussi), tout en restant dans l’ombre, voilà une histoire que ma modestie m’interdit de vous narrer.

Le fait est que, depuis des millénaires, nous aidons les soi-disant écrivains à améliorer leur style. Et vous pourrez juger, que ce n’était parfois pas du luxe.

Voici en exclusivité quelques phrases célèbres que le monde culturel nous doit. Elles sont précédées de la version, lamentable il faut bien l’avouer (mais qui n’a jamais manqué d’inspiration), dans laquelle nous l’avons trouvée.

A vous de juger...

 

AVANT

APRES

" Y’avait d’la lumière, j’suis entré, j’les ai lattés " " Veni, vedi, vici "
" Qui suis-je, où vais-je ? " " To be or not to be "
" Quand j’étais petit, j’étais insomniaque " " Longtemps, je me suis levé de bonne heure "
" Hey les mecs, j’ai un truc à vous dire " " Voici venu le temps qu’il faut que je m’explique "
" Il est content, Lulu, de ses vacances ? " " Heureux qui comme Ulysse, a fait un beau voyage "
" Oh, et puis merde, on verra bien ! " " Alea jacta est "
" Roger, as-tu des couilles ? " " Rodrigue, as-tu du coeur ? "
"  Allez, je rigolais ! " " Va, je ne te hais point "
" Vous me giflâtes, drôle ! " " I’m’a collé un bourre-pif ! "
" Tu me fais de l’ombre " " Ecarte-toi de mon soleil "
" Ecarte-toi de mon soleil " " Casse-toi tu pues, et marche à l’ombre "
Sans rire, j'en ai ras l'bol d'avoir la gueule de bois
J'ai dû vomir hier, j'ai un goût dans la bouche
Tout ça pour une pouffiasse qui voulait pas de moi
Allez, j'vais chier un coup et après à la douche !
Mais vrai j'ai trop pleuré les aubes sont navrantes,
Toute lune est atroce et tout soleil amer
L'âpre amour m'a gonflé de torpeurs enivrantes
Oh, que ma quille éclate ! Oh que j'aille à la mer !
 
 

Participez à notre grand jeu concours !!!

Envoyez-nous par mail, les noms des auteurs et les titres d'où sont tirées les citations ci-dessus.

De nombreuses preuves de notre gratitude à gagner !!!

(Jeu gratuit, sans obligation de talent, ni de lecture, ni de récompense, d'ailleurs).

 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés