Le Cormoran Bleu
 
 
Sur les vents rosacés foutrant le joint meilleur,
Sur les thermes veinés soufflant le goût d'ailleurs
Plonge un cormoran bleu ; une lyre à la main,
J'entonne le sombre chant des pilotes humains.

Ses ailes de lapis, cadence de ma voix,
Hurlent en mélangeant les azurs qui flamboient,
Orange violacé et océan pali,
Je crie sur la torchère et sur la nuit bleuie.

Cadence inusitée, car mon larynx s'essouffle.
Les magmas rocailleux envahissent de souffles
Les veines de sang noir de mon cri distendu.

J'ai perdu l'altitude et mes ailes se broient
Sur les vrilles blessées des restes de ma voix,
J'ai perdu le toucher et j'ai perdu la vue.
 
S.
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés