OPUS IV
 
 
J'ai marché un soir sur les rives du fleuve
Allant rejoindre ma ville pour y voir mourir
Le soleil et les reflets du temps sur l'onde bercée
de mes songes filaient de cruels remords
Comme les Trois fileuses aux doigts crochus,
des spasmes se cachent sous la vertu
d'un visage impeccable sous la pluie
et le beau temps ; des gouttes pourtant
firent tôt d'arracher le songeur à sa rêverie
Sur les rives de la ville dégoûté des
Trottoirs j'ai filé l'étoile comme tant d'autres
Tissent la mémoire à coup de hache
Et rangent au fin fond de très sombres tiroirs
L'Arme Blanche de la mélancolie.
 
XH
 
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés