VI 96
 
3 VI 96
 
Je heurte au métal.
Nous étions fatigués, et la fatigue est prétexte au contact.
L'étroitesse du coton faisait de nous épaule contre épaule, de somptueux
jumeaux que le bruit des vagues.

Je heurte au métal
Corps sur la pierre réduite, les nus s'allongeaient profondément atones
s'effleurant en de vaines épaules. Longtemps la chaleur a paru en
mesure d'affaiblir nos contacts .
Peut-être eût-il fallu que nos doigts s'alimentent
L'endormeuse endormie que le ruisseau dégage allait passablement
au seuil des carrières de sable.
J'aurais voulu que la rivière s'ouvre
Il a fallu quitter les ports cotonneux qui établissent notre oeuvre
Je heurte au métal comme une antique vierge.
 
-------------------------------------------------------------------
 
4 VI 96
 
J'ai échoué à la lune les boisseaux de papier
La vertigineuse poupe des cristaux, dorés tranches noires et rouges
a passé dans les sables. Aujourd'hui cesse le pont et la vague fatigue.
Il se peut que l'astre mâtiné de diamant soit de nouveau visible.
Elle n'est pourtant pas loin. J'aurais, à mes amis, la douceur du
baiser, la fragilité du crayon, l'importance du meuble. Alors quand
parleront nos clairs oriflammes, quand chantera l'anneau métallique
que je porte au cou, un frisson de nuée passera sur vos têtes.
Prenez garde au soleil, il est seul.
¤
J'aurais tant voulu qu'elle s'arrête. Peut-être n'ai-je que le
talent d'espérer. Après tout, on en a vu des phénomènes
laisser croire qu'ils avaient fait le tour du monde sans que
jamais ils n'aient passé la grande tour du jardin.
 
-------------------------------------------------------------------
 
6 VI 96
L'Equivoque de printemps
 
Les cafés bleus, les cartes à jouer
Je n'ai de meilleure puissance
que la vie salée de nos mois d'abstinence
Alors brise les verres et chaque jour
Refais ta vie.
 
-------------------------------------------------------------------
 
15 VI 96
 
Amical candélabre, ôte ta lumière
Les diapasons ont tenté des vitres sonores
J'accomplis chaque soir un peu plus mon royaume
Où j'attends sans bruit la vague voie lactée

J'aime la façon dont ta beauté s'ignore
Et les frasques lointaines qu'il faut remémorer
Chaque nuit c'est l'orage en vertes intensités
Qui s'abat sur le carré où j'exulte.

Allons sans doute un verre de plus ne ferait pas de mal
Mais j'attends les résultats de notre chapiteau
J'avoue ne rien savoir des risques que j'encours
Mais rien ne vaut au-delà.

 
EM
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés