III 96
 
Les mélodies des voisins parvenaient à nos portes. Le soir, ce qu'on appelle les lentes fumées arrivaient tristement sur les fauteuils que, jour après jour, nous faisions et refaisions encore. Les plantes étouffaient dans la chaleur des fenêtres jamais ouvertes. Puis, un par un, les habitants partirent et je me retrouvai une nuit seul dans la fumée et la chaleur. Alors, je me suis assis. C'était la marque d'une antique vieillesse, d'une sagesse de glaise. Aussi lorsque je fus en état de parler, je me suis tu. Au fur et à mesure que j'abandonnais les pectoraux de plâtre qui protègent ma cage thoracique et blindent mes seins, je me faisais part d'impressions. Puis, enfin débarrassé de ma propre présence et bien réfugié dans la carcasse qui me caractérise, j'ai lentement ouvert une fenêtre.
Dehors, il pleuvait ; les plantes ont paru me remercier.
----¤----
Loin des calices de nos pères, j'étendis mes livres vers les arômes troubles des catins enfantines. Je me laissai déshabiller et j'exprimai enfin un corps souple et nu. Mais de loin en loin, comme leurs caresses se faisaient plus précises, je sentis en moi la révolte de mille et un neurones, de ma chair entière et éparse sous leurs mains. Le plaisir s'estompa à tel point que je n'imagine plus en avoir éprouvé de moindre. Aussi, après maintes contorsions, je parvins à laisser mes amis se désoler du carnage.
Plus tard lorsque j'aurai brisé mes côtes et déchiré ma poitrine, j'apercevrai sur mon coeur, de part en part, luisant et poli sur un oreiller de sang, un os ! Un de plus dans ma grande carcasse.
 

 
22 III 96
 
Le train est arrivé à son terme et les longues larmes ont
cessé d'atteindre à mon amour. J'ai lâché les derniers
artifices qui semblaient convenir à mon humanité. J'ai le sourire
facile. Sans doute un peu déçu par le peu d'intérêt que cause ma
maladie. Après tout, j'ai suffisamment parlé pour accepter de me taire un peu.
Les os polis que j'expose.
Le faisceau qu'est ma douleur
Ma profonde fatigue
Après tout, c'est bien aussi de gâcher mes chances.
 
EM
 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés