Le Chaos
 
Commençons par le plus simple : l’infiniment complexe chaos. Qu’est-ce que le chaos ? Un état limite entre l’ordre et le désordre. L’ordre est facile à appréhender. Le désordre aussi : c’est le bordel, pas de lois, peu à dire. Le chaos, c’est différent. Il existe des lois, mais elles sont complexes, statistiques, variables, sensibles au moindre pet de moustique.
Ainsi en est-il de la météo. On fait d’énormes progrès dans la prédiction du temps à venir. Mais malgré tous nos efforts, nos calculs superpuissants, les théories les plus géniales et les plus complexes, la météo nous échappe. Tout le monde connaît le battement d’aile de papillon qui déclenche un ouragan à l’autre bout de la terre. Ce n’est pas exagéré, parce que le moindre changement microscopique peut avoir des conséquences macroscopiques dans tout système chaotique. Ainsi, il ne sera jamais possible de prendre en compte tous les phénomènes qui peuvent influer sur la météo, parce que potentiellement TOUT peut intervenir. On ne saura jamais prévoir le temps à plus de quelques jours.
Ainsi en est-il du chaos. Si son étude a pour but d’obtenir de nouvelles réponses, elle soulève encore plus de nouvelles questions.
Les fractales par exemple. Dans une bête suite récurrente du deuxième degré, Mandelbrot a découvert une complexité sans fin. C’est les fameuses images fractales sur lesquelles on peut faire un zoom à l’infini. La complexité des fractales pourrait être une jolie métaphore de notre propos. Plus on se penche sur une fractale, plus les détails de sa complexité augmentent. Plus les scientifiques étudient le chaos, plus il révèle son caractère protéiforme. Comme Protée, ce dieu marin à l’apparence toujours changeante, le chaos et les autres domaines dont on va parler ici apparaissent toujours plus complexes. La légende raconte qu’Aristée a réussi à garder Protée prisonnier, et que ce dernier, lassé de ne pas pouvoir s’échapper malgré ses métamorphoses, a accordé à Aristée les réponses qu’il cherchait. Est-il possible que l’homme, un jour, réussisse à emprisonner le chaos ? Y a-t-il une fin à la complexité ? Je ne le crois pas. Il faut se résigner. Le chaos sera toujours fuyant, et c’est pour cela qu’il est fascinant...


(suite linéaire...)

(ou retour...)

 
Oh Oui ! vos réactions Ah Non !
Voir les autres textes de cet auteur - Envoyer ce texte à un ami
KaFkaïens Magazine - Tous droits réservés